Famille Nomade

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

LA MONGOLIEMONGOLIE › PREMIER PASSAGE MONGOL

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 15 novembre 2009

Monastère de MANZSHIR

Au sud d’Oulan Bator, il y a la montagne Tsetseegün dont son sommet culmine à 2600m. Il faut contourner les montagnes pour aller rejoindre le monastère qui se trouve au sud.

Le monastère se trouve à flanc de colline, enfin ce qu’il en reste car la majorité des temples ont été détruit lors des purges de Staline en 1937.
C1.Monastere_de_MANZSHIR.JPG

Il abrite un joli petit musée où l’on peut observer certaines divinités, des peintures, une maquette de l’ancien site qui abritait à l’époque 350 moines, un bol fait avec un crâne humain ainsi qu’une flûte faite avec un fémur humain.
C1.Monastere_de_MANZSHIR__3_.JPG

A l’extérieur, deux chaudrons -dont un vraiment magnifique et très grand- en bronze (datant de 1726) qui devait servir à nourrir toute les personnes du monastère.
C1.Monastere_de_MANZSHIR__4_.JPG

Toute la colline regorge de rhubarbe!!!
C1.Monastere_MANZSHIR.JPG

Et surtout l’enceinte du monastère où l’on trouve les plus gros plants. Les mongols mangent juste la partie rouge qu’ils grignotent crue. Nous en faisons une magnifique récolte pour des compotes que nous ferons gouter à nos voisins mongols …nous ne sommes pas trop sûrs qu’ils aient vraiment apprécié!

Nous ferons notre première randonnée tous ensembles.
C1.Monastere_de_MANZSHIR__6_.JPG
Départ dès 9h du matin et 1500 mètres pour gravir les différentes collines.
C1.Monastere_de_MANZSHIR__7_.JPG
Nous atteindrons les presque 2000m en franchissant des « champs » d’edelweiss (difficile de ne pas en écraser quelqu’une tellement il y en a !!) puis nous longerons les crêtes empierrées pour nous enfoncer ensuite dans une forêt dense de conifères.
C1.Monastere_de_MANZSHIR__5_.JPG Nous avons profité de la situation pour faire un « cours d’orientation » aux garçons. Nous avons même eu un moment de doute quant à la direction à prendre au retour, heureusement que nous étions équipés d’une boussole et du GPS.

Tout autour de notre campement, nous sommes entourés de Marmottes!
C1.Monastere_de_MANZSHIR__8_.JPG
Il y a des terriers partout, et de multitudes de marmottes gambadent dans toute la vallée! Quel beau spectacle!

dimanche 8 novembre 2009

Karakorum

KARAKORUM

Un mois pour traverser le territoire mongol depuis sa capitale jusqu’à sa frontière avec la Russie, soit 1700 kilomètres environ. Les 400 premiers kilomètres depuis Oulan-Bator sont relativement faciles: il suffit de suivre la route goudronnée (sauf pendant 100km). On traverse un « mini » désert de sable où un troupeau de chameaux de Bactriane attendent les touristes. Et nous voila tous juchés sur ces énormes bêtes:
1.CHAMEAU.JPG
heureusement que nous sommes bien calés entre les 2 bosses !! Et nous aurons la visite sympathique des chameliers poussés par la curiosité de notre engin. Chemin faisant, nous croisons des aigles:
2.AIGLES.JPG
il y en a partout et ils nous suivront jusqu’à la fin de notre périple mongol.
3.AIGLES.JPG
Les garçons deviendront des experts pour partir dans la steppe munis de l’appareil photographique et rampant pour capter au plus près ces majestueux volatiles.

LE MONASTERE d’ERDENE ZUU



Gengis Khan décida en1220 que cette ville serait la nouvelle capitale mongole.

La capitale devint un site important sur la route de la soie mais sa « gloire » ne durera qu’une quarantaine d’années Karakorum sera détruite en 1388 par les Mandchous et en 1937 par les Soviétiques.

Une rumeur persistante affirme que l’état voudrait déplacer la capitale actuelle pour la transférer à Karakorum dès 2020 afin de célébrer le 800ème anniversaire du règne de Gengis Khan (comme Brasilia au Brésil ou Astana au Kazakhstan). Or, nous n’avons vu aucuns travaux de construction qui justifierait ce changement de capitale!

Il subsiste aujourd’hui un important monastère nommé Erdene Zuu. Ce fut le tout 1er monastère bouddhique de Mongolie Intérieure; il est entouré par un imposant mur d’enceinte de 400 mètres de côté, orné par 108 sortes de tourelles, et il y a une seule porte à chaque point cardinal. A l’intérieur de l’enceinte se dressent quelques édifices dont 3 temples dédiés à une divinité différente..

Ils sont magnifiques avec des toits retroussés, recouverts de tuiles vernissées terminées par des têtes de lion. La Divinité est colossale-3 mètres de haut faite en papier mâché et recouverte de plâtre ou en terre cuite puis peintes.
7.KARAKORUM.JPG
Les couleurs les plus utilisées sont le vert émeraude et bronze, le bleu lapis, le blanc, le jaune ocre et le rouge brique qui donnent aux salles un aspect très joyeux. Nous sommes effrayés aussi par des statues à l’air vraiment féroce, férocité aggravée par la taille imposante et la couleur noire. Elles tiennent dans leurs mains des couronnes de crânes, des têtes tranchées, des corps dépecés…(bon appétit!)

Un petit palais en pierre est la résidence du chef spirituel. Toit plat et partie centrale en saillie rappellent un style tibétain. Au sommet du toit brillent 2 gazelles qui se font face : ces animaux sont très présents dans la religion bouddhique. Nous arriverons au moment de la prière quand les moines sont tous assis derrière une sorte de pupitre et qu’ils entonnent des chants répétitifs accompagnés par quelques instruments de musique comme le gong et de gros coquilles d’où sort un son grave. Entre le palais et les 3 temples, se dresse le Stupa d’Or bâti de pierres et de plâtre, haut de 10 mètres.

La partie supérieure est coiffée par la lune, le soleil et une flamme. Ces symboles se retrouvent sur le drapeau mongol. Une yourte « monastère » est aussi installée dans le site. Ce qui surprend, c’est que certains moines font la prière pendant que des fidèles déambulent, parlent au téléphone, où font leurs achats souvenirs qui se trouvent à l’intérieur de la yourte.
                               Dans l’une d’elles, des jeunes préparaient même le repas! Malgré tous ces bâtiments, l’espace vide est considérable vu la grandeur de l’enceinte (160 000 m2): c’est peut être pour cela que le site est envahi par les herbes folles . (À Oulan-Bator, le monastère de Gandan présentait la même négligence horticole) mais c’est possible que les moines ne soient pas suffisamment nombreux pour s’occuper de tout!

A quelques centaines de mètres hors du site, s’érige une tortue en granit. Cet animal est très présent dans la vie mongole car il est synonyme d’éternité.

Alors nous l’avons longuement caressé : qui sait?

Vacances Mongoles

En attendant nos visas russes (15jours pour les obtenir!), nous partons à une heure de route de la capitale. On se retrouve en pleine campagne, au bord d’une rivière et dans un endroit pas du tout touristique.
vacances_mongoles_7.JPG

Nous sommes « assaillis » par nos amis mongols : il en vient de partout, c’est un vrai défilé ….il y en a qui reviennent avec leurs femmes et enfants.
bord_riviere_MONGOLIE_26.07au29.07__76_.JPG

Notre camion devient le «dernier salon où l’on cause»! ,
8.vacances_mongoles.JPG
Ca rentre, ça sort, on offre du thé et des galettes de riz (ils ne connaissent pas cela ici), du pâté français, du cake au thon.

Le WC provoque toujours autant d’hilarité mais la douche les stupéfait, les étagères remplies de livres les étonnent…

Notre devant de porte devient un parking à chevaux: comme il n’y a pas d’arbres, ils attachent les pattes avec le lasso.
2009_0726chevalquad0078.JPG

Ils sont très impressionnés par le quad, et les garçons se font un plaisir de promener toute cette « foule » en quad.
vacances_mongoles_1.JPG
Tous veulent y monter : femmes, enfants, jeunes et moins jeunes … et ils sont supers contents car ils sont surpris par ce drôle engin.
Loïc aura le plaisir, un jour, d’aller chercher le troupeau de brebis et chèvres avec le quad : c’est la Mongolie de demain qui se prépare!

Puis on nous prête aussi les chevaux, mais nous n’y sommes pas trop à l’aise malgré la docilité de ces animaux: ils éclatent de rire de nous voir si maladroits.
vacances_mongoles_2NOVICES_en_EQUITAT_.JPG

Nous assistons à la traite des chevaux et des vaches.
3.vances_mongoles._Traite.JPG
Le lait de jument a la particularité de fermenter très rapidement et pour cette raison ,il est mis de suite dans un bidon et baraté afin d’en faire le fameux AÏRAG dont tous les mongols raffolent .
4.vacances_mongoles_FERMENTAT__LAIT_JUMENT.JPG
Quant à nous impossible à nous faire au goût piquant. Avec gentillesse, on nous vêt en habits traditionnels mongols:
5.vacances_mongoles_en_tenues_traditionnelles.JPG
Il ne nous manque que les yeux bridés, la peau un peu plus sombre, et moins de poils pour Serge (ils étaient forts surpris de voir autant de « pelage »!Eux qui sont imberbes).
vacances_mongoles_6en_tenues_traditionnelles.JPG

Comme c’est l’été, le poêle est dehors et c’est là qu’ils préparent les repas, en allant chercher les bouses de vaches séchées qui leur servent de combustible. Nous partagerons aussi leur repas composé de pâtes mélangées avec un peu de viande que nous mangerons à même le sol comme eux. Pour se divertir, après toutes les tâches, ils tentent d’attraper un jeune cheval pas encore dressé pour y monter à cru. Soit ils en galopent un à pied, soit ils montent un cheval et attrapent l’étalon à l’aide de la « urga » : longue longe en bois terminée par un lasso.
9.vacances_mongoles_RODEO.JPG

La partie de rodéo commence sous les regards et les rires de tous les habitants des yourtes jusqu’à ce que le cavalier soit désarçonné .

Nous mettrons à profit ces quelques jours pour réparer la fuite dans le plancher chauffant. En 2 temps, 3 mouvements toute notre « salle à manger » est démontée, la fuite rapidement réparée. Nous avons ainsi le loisir de pouvoir faire du canoë mais munis de moustiquaires car nous sommes envahis par de minuscules insectes qui finissent par nous piquer. Les garçons feront « une » première en partant au loin dormir sous la tente et préparer leur dîner.
bord_riviere_MONGOLIE_26.07au29.07__58_.JPG Mais ils seront réveillés de bonne heure par les vaches venues voir leur « logement » insolite. C’est presque avec regrets que nous quittons ces lieux pour retourner dans la capitale polluée. Mais nous reviendrons pour amener les photographies que nous aurons fait développer à Oulan-Bator.

page 2 de 2 -