Famille Nomade

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 27 septembre 2009

ALMATY

Alma-Aty est donc l’ancienne capitale déchue de son « titre » depuis 1997 mais elle reste une ville très dynamique et surtout la plus peuplée de tout le pays (1 200 000hab)
1_ALMATY.symbole_Almaty.JPG

Elle est située au sud-est du pays à quelques centaines de kilomètres de la Chine et du Kirghizistan. La ville est adossée à la montagne (à 15km) : ce sont les contreforts des Zailiysky Alatau (dont les sommets culminent à plus de 4000m). Mais la ville est si polluée que l’on voit rarement tous les sommets enneigés! L’Ancien nom Alma Ata signifiait « père des Pommes » (la région regorge de ces fruits qui sont vraiment excellents). D’ailleurs, il semblerait que la pomme la plus grosse au monde (presque la taille d’une pastèque) serait originaire de cette région.
2.ALMATY_VILLE_moderne.JPG

C’est une ville moderne avec des immeubles modernes -dont de très nombreux en construction- et une flopée de gros 4X4 étonnamment respectueux des piétons. Les garçons se régaleront de compter les 4x4 pendant nos balades en ville. C’est vrai qu’il y a de très beaux véhicules que l’on voit peu en France, tel que le Lexus (le haut de gamme de chez Toyota)
3.ALMATY__CYRielle_au_toboggan.JPG

Il y a aussi beaucoup de parcs et espaces verts dans toute la ville où l’on ira se promener et jouer. Au total 8000 hectares!! Cyrielle découvrira le toboggan et ce sera un énorme plaisir pour elle. Dans l’un d’eux se tient la plus grande église orthodoxe d’Almaty-la cathédrale Zenkov-. Elle est en cours de rénovation ; l’intérieur nous surprend toujours un peu tellement ses dimensions sont bien plus réduites que l’édifice vu de l’extérieur. Nous rentrons silencieusement quand un pope nous interpelle et nous demande de but en blanc : « Franzous? » -da, da Le voila satisfait d’avoir d’un seul coup d’œil reconnu une nationalité ! Bon, nous avons donc des têtes et des allures bien typiques!

Nous visitons le musée de la République du Kazakhstan ; l’un des plus grands d’Asie Centrale. Un immense et beau bâtiment construit en 1985 où la culture Kazakhe se décline sur trois étages. Les nombreux fossiles de mammouths et dinosaures découverts dans le pays sont bien sûr mis en évidence. Une yourte kazakhe est visible aussi ; ainsi que tous les costumes traditionnels des différentes régions …puis tout un étage est dédié au Président!

Divers cadeaux reçus par les présidents d’autres pays. La France de François Mitterrand a en 1994 offert un splendide coq tout en verre. Par-contre, une seule interjection en anglais, il est juste écrit: « Don’t touch, please! »

dimanche 20 septembre 2009

Le "BIG LAKE" d’ALMATY

Pendant que l’on attend nos visas ouzbeques, nous partons vers le « grand lac d’Almaty » au pied des Zaillisky Alatau.
BIG_LAKE_1.JPG

Les Zaillisky Alatau font partis de la chaine montagneuse des Tian Shan (« monts célestes ») qui couvrent les 3 pays suivants: Chine -Kirghize- Kazakhstan et dont le point culminant est le pic Pobedy à 7439 (à cheval entre Chine et Kirghize). Alors qu’au Kazakhstan le pic Khan Tengris ne s’élève « qu’à » 6995m!
BIG_LAC_2.JPG

C’est ce lac qui alimente en eau douce toute la ville. Nous séjournerons une semaine à 2300m où l’hiver commence : 2 jours passés dans un brouillard épais, une petite chute de neige puis un soleil radieux quoique un peu frais. Programme : lessives, devoirs, jeux, petites balades …
BIG_LAKE_3.JPG

Lors d’une belle journée ensoleillée, nous nous approchons du sommet à 3300m avec le quad pour faire une randonnée mais arrivés au bout de la piste tout est barricadé et clôturé par la station météorologique, et le violent vent nous oblige à faire demi-tour!

Nous ferons le tour de lac par sa rive gauche mais 3 militaires -armés de kalachnikov- nous barrent le chemin.

« -où allez-vous ? »
-promenade autour du lac
« -pourquoi ? »
- et bien pour se promener, parce que c’est joli…
«-niet »
-Ah, bon, niet? Pourquoi ?
« -Là-bas, c’est le Kirghizstan »
(Oui d’accord, mais au bas mot c’est à 20KM par un chemin de montagne, pas du tout carrossable et il faut franchir un sommet à 4000 pour atteindre le pays limitrophe!)
-bon, d’accord et bien au revoir
« -niet, vous n’avez pas le droit de partir! »
Là ça se corse, pas le droit d’avancer, pas le droit de reculer! -bon alors que fait-on? « -Attendre chef! » On attend, et on attend encore et le chef finit par arriver, nous serre la main, nous demande nos papiers -que nous n’avons pas -nous demande d’aller les chercher et de revenir (10km) On nous laisse enfin repartir, le « sous -chef » nous prend à part et nous dit que ce n’est pas la peine de revenir !! Fin de l’épisode, fin de notre randonnée.

dimanche 13 septembre 2009

Le canyon de SHARYN

La région à l’est d’Almaty, en direction de la Chine et du Kirghizistan est la région fruitière du pays : tout le long de la route des arbres fruitiers et au bord des routes des vendeurs de fruits et légumes : des tonnes et tonnes de poivrons, pommes de terre, d’oignons, de concombres, de choux, pommes, poires et raisins.
1.CANYON__region_de_fruits.JPG

C’est aussi une région productrice de tabac : on voit sécher les feuilles sous des hangars. On verra aussi de nombreuses charrettes tirées par des ânes: transport de foin, de fruits et légumes.
2.CANYON_l__ane_moyen_de_transport.JPG

Le canyon se trouve à 150km à l’est d’Almaty.
3.CANYON_vue_CANYON.JPG

Il s’étend sur 80km, et il a une profondeur de 150 à 300m de profondeur.
4.CANYON__riviere.JPG5._CANYON.JPG

Les falaises sont la plupart du temps en sable dur, couleur rouge-ocre, qu’il n’est pas possible de gravir, tellement la « roche » est friable.On trouvera une petite route qui nous mènera dans le bras du canyon, plus loin la piste s’arrête : c’est la rivière qui jaillit. Le lieu est magique, ces falaises prennent à la tombée du jour des teintes ocre splendides.
6.CANYON_teintes_rouges_ocres.JPG

Un kazakhe avec un tracteur vient faire le plein de sa citerne à quelques mètres de notre bivouac. Nous lui proposons un café pendant que sa cuve se remplit. Nous passons un bon moment à discuter alors qu’il ne parle que quelques mots d’anglais, puis quand il prend congé, il nous invite pour le soir même à sa ferme.
7.chez_JANATBEC.JPG

Nous y allons tous en quad par la piste défoncée, distante de 3km. Zaïat habite chez son frère Janatbec. Pendant 7 jours il travaille à la ferme puis il retourne à Almaty pour son travail (jardinier chez un anglais). Nous faisons la connaissance d’AÏ-Nuur, l’épouse et de ses 2 filles : Aïjaanoun 2ans et le bébé de 1 mois Balum.
8.chez_JANATBEC.JPG9.chez_JANATBEC.JPG
10.chez_JANATBEC.JPG12.chez_JANATBEC.JPG

Ils vivent les 4 dans cette ferme mais qu’une partie de l’année. Ils ont une maison plus grande et plus confortable dans un village plus loin. Nous avons droit à l’apéritif : pain, confiture, pistaches, cacahouètes, beurre, cornichons, une sorte de sucre typique du pays, le tout avec du thé au lait et du jus de fruit. Puis elle nous amène un énorme plat de viande de brebis avec des pommes de terre, le tout excellent. Pour nous ils nous donnent des petites assiettes alors qu’eux mangent directement dans le plat principal.
11.chez_JANATBEC.JPG

Malgré le peu de vocabulaire dont chacun de nous dispose, nous passons une très agréable soirée. Janatbec, comme beaucoup de gens de son âge (45ans) se souvient encore de quelques mots et chants français appris à l’école. Au moment de prendre congé, ils proposent aux garçons de rester dormir. Après une hésitation, ils acceptent l’offre!! Dès 9H ,le lendemain ils arrivent à bord du tracteur (bien entassés tellement la cabine est petite) pour faire le plein d’eau quotidien qui alimente et la famille et le bétail de 500 brebis et chèvres ,quelques vaches et 3 chevaux. Les garçons sont levés depuis 7h et ils sont tout heureux d’avoir participé au comptage de tout le troupeau et à la traite des 2 vaches. Zaïat nous propose de nous rendre à la ferme en camion pour aller tuer une chèvre. C’est Serge qui aura l’honneur de tuer l’animal. En prévision du voyage, il s’était « entrainé » chez notre voisin Olivier à occire des brebis. Zaïat découpe la viande puis nous la donne : « fais-en un ragout si tu veux! » On s’exécute, et on les invite tous à diner dans notre « maison roulante » à leur très grande surprise. Ça faisait depuis la Mongolie que nous n’avions plus eu d’invité. Nous devenons aussi des ambassadeurs du peuple mongol. Ils connaissent très peu la Mongolie, et ils sont très avides de connaître leurs diverses coutumes, leur habitat, leur alimentation et nous concluons nos propos avec des photographies de Mongolie.

Le jour suivant, ils veulent nous donner le reste de viande. Alors, on organise un « barbecue » dehors puisque le temps est splendide (chacun de nous amène une partie du repas). Pour faire cuire la viande, on utilise du bois et non pas de la bouse de vache qui sert pour cuire le pain et pour se chauffer en hiver. Ils la stockent comme nous stockons les stères de bois. Zaïat demandera de nombreuses fois de l’accompagner en quad pour partir à la recherche d’un cheval qui s’est égaré. Avec les garçons, il sillonnera longtemps et à plusieurs reprises les diverses entrées du canyon sans retrouver l’animal.
13.CANYON_rando_dans_les_gorges.JPG

Nous partirons au bout de 2 jours extraordinaires passés en leur compagnie, pour aller randonner dans une autre partie de canyon. C’est à une vingtaine de kilomètres de chez Janatbec où nous descendrons au fond du canyon (une centaine de mètres); on encorde Nina pour les passages les plus abrupts et Cyrielle est dans l’écharpe dans le dos de Serge.
14.CANYON_rando_dans_les_gorges.JPG
On jalonne aussi notre passage de cairns (monticule de pierres) qui permettront de retrouver notre chemin pour le retour car tous les passages se ressemblent énormément et on perd facilement son chemin.
15.CANYON_rando_dans_les_gorges.JPG

Le spectacle est vraiment splendide,
16.CANYON_rando_dans_les_gorges.JPG

les immenses falaises rougeoyantes nous encerclent, de gros blocs jonchent le sol et tout en marchant dans le lit du canyon nous finissons par atteindre la rivière où le débit d’eau est vraiment rapide et nous empêche de poursuivre car les rives sont impraticables à pied.
17.CANYON_rando_dans_les_gorges.JPG
Seul regret : nous n’avons pas fait de canoë, notre carte n’est pas assez précise et nous ne savons pas où mène le canyon…
18.CANYON_rando_dans_les_gorges.JPG

dimanche 6 septembre 2009

MEDEU et CHIMBULAK

C’est à 15km de la ville et le sommet -pic Talgar-que l’on aperçoit depuis Almaty s’élève à 4973m.
1.MEDEU__CHIMBULAK_1.JPG

C’est là que vont avoir lieu les prochains Jeux Asiatiques d’Hiver en 2010. (En ville se construit le tremplin de saut à ski).Le Kazakhstan avait postulé pour les J.O d’hiver de 2014, mais la candidature a été refusée. A Medeu, se tient une des plus grandes patinoires de plein air au monde à 1691m d’altitude. Cette patinoire est très réputée pour son système perfectionné qui a un maintient constant de la température de la glace et du réglage du taux d’humidité.
2.MEDEU__CHIMBULAK_2.JPG

De très nombreux ouvriers sont en plein travail : la saison hivernale va bientôt débuter.

3km plus haut, depuis la digue qui surplombe la patinoire, la vue est saisissante.
3.MEDEU__CHIMBULAK_3.JPG

Puis démarre la route vers la station de ski qui culmine à 2260m. Route au goudron impeccable, bordée sur les 5km de montée, de lampadaires qui fonctionnent toute la nuit. La côte « annoncée » est de 12% mais la réalité est de loin plus raide (certains passages à 40%!!). (Il faut vous dire que toutes les côtes au Kazakhstan (idem pour le Kirghizstan) sont à 12% : ils ont dû acheter un stock du même panneau!!)
4.MEDEU__CHIMBULAK_4.JPG

Donc, nous sommes en pleine montagne sur une route de montagne et, il n’y a pas de virages!! La montagne s’est en face alors on fonce dessus sans avoir besoin de ménager les diverses « montures » qui doivent s’y rendre…toujours tout droit, toujours vers le haut. Quoique ? Oui car en pleine ascension, il y a une dangereuse descente de -12%, bien sur, pour sitôt remonter aussi sec ! Après cette montée qui n’en fini jamais, un minuscule parking (à peu prêt plat) accueille les visiteurs. Là aussi tout est en chantier pour la mise en place d’une télécabine qui montera depuis la patinoire et qui ne sera fonctionnel que pour les jeux Asiatiques de l’an prochain.

L’immobilier se compose de très gros chalets individuels en bois, bien clôturés et surveillés par un gardien en plus des caméras et aussi d’un hôtel vieillissant au pied des pistes. Mais la station semble bien petite pour accueillir une manifestation si importante (10 pistes, 3 télésièges et un« tire-fesses », dont un télésiège flambant neuf, attendent les skieurs, pour les « hisser » au sommet à 3100 mètres (Talgar Pas).

Ici aussi il n’y a pas de sentiers de randonnées, et la neige nous empêche de se balader en « hors piste » alors nous faisons juste une petite balade autour de la station.

- page 1 de 2