NOVOSSIBIRSK

Après renseignements, cette immense ville dans laquelle nous passons 5 jours est peuplée de 2 millions d’habitants! C’est pratiquement la première fois depuis notre arrivée en Russie que nous nous faisons survoler régulièrement par des avions.

Nous passons notre dernière journée au zoo qui se trouve vers le centre ville. C’est un immense parc arboré dans lequel il y a des manèges (style fête foraine pour adultes et enfants), location de rollers, 3 mini-trains électriques circulent tout le long du parc, de nombreux stands buvettes et restauration! L’entrée est modique, ce qui fait qu’il y a énormément de monde. Une majorité des animaux viennent de Russie.
ZOO.JPG

Les cages sont ajourées et très proches des visiteurs tant et si bien qu’un homme arrivait à donner des saucisses dans la gueule d’une ourse (ce qui est strictement interdit); un autre a pris une photo avec son téléphone tellement proche qu’un singe a réussi à lui prendre puis le singe s’est amusé à lui déchiqueter pièce par pièce!(ce qui a fait rire tous les gens spectateurs de la scène).

Vers KRASNOÏARSK

Nous sommes vraiment en Sibérie. Le paysage se modifie un peu avec des forêts plus denses où les épicéas deviennent plus nombreux que les bouleaux. C’est la fin des routes plates et rectilignes : nous avons droit à de jolies « grimpettes » et des virages souvent à 90°! Les routes d’assez bonnes qualités depuis notre entrée dans ce vaste pays se détériorent au fil des kilomètres puis nous finissons par presque de la piste ce qui n’empêche pas les semi-remorques de se déplacer toujours aussi nombreux!
PONT_EN_BOIS.JPG

Nous contournons par le nord le massif montagneux de l’ALTAÏ. Ces montagnes se trouvent entre la Russie, la Mongolie et la Chine (dont le point culminant est à 4506 mètres en Russie). Mais nous décidons d’aller y faire un petit tour en s’y rapprochant un peu plus. Nous faisons une halte dans la « petite » bourgade de Nijneoudinsk. On se fait avoir car finalement c’est une ville de 70 000 habitants! Serge, comme à son habitude part avec 2 enfants avec le quad pour repérer un accès à internet! Pendant ce temps au camion nous sommes la cible des premiers curieux : un homme retraité qui les a vus partir explique à 6 gamins ce qu’ils sont en train de voir: de cette remorque il y a une machine qui est sortie (il mime les gestes) et ils roulent à 3 dessus et avec des casques, oui avec des casques et ils sont tous éclatés de rire tellement cela leur paraît saugrenu… Les jeunes nous indiquent un point internet : à leur grand plaisir ils montent les 6 sur le quad pour nous y mener. C’est aux pieds d’immeubles au sous-sol dans une grande salle d’une dizaine d’ordinateurs. Impossible à repérer si on ne connait pas!

Toute la soirée et la journée suivante nous serons assaillis par les gens. Certains sont très agréables même s’ils sont bien « imbibés » d’alcool comme Pietrov de 28 ans qui nous tiendra compagnie toute la journée. Sa compagne a 20 ans et leur petite fille Tania du même âge que Nina 34 mois. Tania s’amusera un grand moment avec Nina en courant après les pigeons. Lui tourne continuellement à la bière. Il nous demande de lui acheter un litre de bière qu’il vide en à peine demi-heure! Par-contre il est très intéressant et il se débrouille bien avec ses 3 mots d’anglais. Il est numismate et on pourra lui enrichir sa collection avec des pièces qu’il nous reste des différents pays traversés et bien sûr quelques euros. Il nous dit qu’une voiture japonaise (volant à droite) d’occasion coûte 4000 € à Vladivostok, ici, le même est déjà à 5000 €. Son grand-père avait fait la guerre à Stalingrad contre les allemands puis il a été fait prisonnier. Il nous indique une façon radicale de se débarrasser des tiques au cas où une vienne à piquer: prendre une cartouche de fusil, en extraire la poudre; mettre la poudre sur la tique puis y mettre le feu!

Des gamins s’amuseront à nous jeter des bouts de briques depuis une cage d’escalier de l’immeuble voisin en nous faisant de gros impacts sur la carrosserie, d’autres nous enlèverons les bouchons de tous les pneus de tous les véhicules et nous dégonflent complètement les roues de la remorque… Ce sont de petits jeunes qui ne savent pas trop comment faire pour « tuer » le temps, nous sommes étonnés car vers 12 ans, ils fument tous même si le plus jeune avait 7 ans! Et on a remarqué qu’ils sont assez nombreux à ne pas savoir lire ou ayant de grosses difficultés à déchiffrer leur écriture! Ça nous démoralise un peu...

Nous allons faire le plein d’eau en ville: il faut tirer la « chevillette » pour avoir la pression. Là, nous serons assaillis par une bande d’ado qui sortent de cours. Mais il n’y en a qu’un qui arrive à formuler quelques mots d’anglais alors que tous et toutes l’apprennent au collège! On passera un grand moment à discuter et rigoler, eux très surpris de nous voir voyager aussi loin de « chez nous ».

Nous passerons notre nuit à côté de la voie ferrée. Ce n’est pas la première fois que cela nous arrive mais nous n’avons jamais eu droit à un trafic aussi dense!! Les trains n’arrêtent pas de circuler dans les 2 sens presque tous de marchandises (le plus court comporte 50 wagons, mais ils ont en majorité 80 wagons). Et avant de quitter notre coin, nous aurons la chance de voir le TRANSIBERIEN!(Que 17 wagons) On voit les gens qui se réveillent (les pauvres en quelques jours subissent un énorme décalage horaire + 5h depuis Moscou), d’autres qui déjeunent….

Malgré notre éloignement de la route on nous réveille à 9h30 en tambourinant plusieurs fois à notre porte ! C’est une journaliste du quotidien local qui nous fait une rapide interview, prend une photo de Franck dans son lit, les cheveux hirsutes…

Nous partons en direction du massif montagneux de l’Altaï. Le goudron disparait dès la sortie de la ville et on s’enfonce dans la forêt. Une partie de la piste est occupée par des énormes tas de sciures, l’autre côté devient de plus en plus impraticable tellement il a été « labouré » par les divers véhicules. Nous faisons demi- tour et tentons une autre piste mais elle est assez difficile alors nous restons raisonnables, nous chercherons une partie de la journée un petit coin tranquille. Pendant notre déjeuner, nous nous faisons survoler par un hélicoptère MI 16: un très gros hélicoptère qui nous surprend par son « bruit » discret. Mais 15 minutes plus tard un fourgon 4X4 avec 4 hommes -très courtois-qui viennent nous dire qu’il faut quitter les lieux car nous sommes stationnés sur une conduite de pétrole (c’est l’hélico qui a signalé notre présence!) Ce pays est décidemment truffé de tuyaux partout! Une fois précédente, nous étions sur une conduite de gaz (toujours en pleine campagne) et les agents avaient attendus avec nous pour être sûrs de nous voir partir!

Nous sommes à la lisière du bois et devant un immense champ où paissent un gros troupeau de vaches, gardés par un « cow-boy » à cheval. Nous retrouvons un peu de tranquillité, mais le froid est saisissant 5° avec un vent glacial! Les 3 hommes partent pour une randonnée en quad le matin pendant que les filles font la grasse matinée! Ils s’enfonceront dans les bois et seront vite embourbés et après avoir tiré et poussé ils retomberont dans un bourbier quelques mètres plus tard.

Trois heures plus tard, ils reviennent supers contents mais « crottés » de la tête aux pieds! 
RETOUR_CROTTER.JPG

Heureusement 2 jours plus tard, la chaleur est de retour + 27° et le vent nous permet de ne pas suffoquer. On profite de la forêt pour mettre notre pneu de secours qui jusqu’à présent était fixé sous le camion (pour une moindre prise au vent).
LEVAGE_DE_LA_ROUE.JPG

On passe une sangle dans la branche d’un arbre, un bout attaché au quad, à l’autre extrémité le pneu. Et c’est le quad qui hisse le pneu, puis il n’y a qu’à glisser le camion sous l’arbre.

Nous partons faire une petite randonnée vers l’Altaï : un groupe à pied, rejoint par le 2ème groupe -en quad- pour l’heure du déjeuner.
RANDO_DANS_L__ALTAI.JPG

Nous sommes allés vers les bois au fin fond de la prairie, on traverse le bois puis on se retrouve dans une autre immense clairière à laquelle succède à nouveau une autre forêt.

Nous avons le plaisir de voir arriver un petit van japonais (à peine plus gros qu’un monospace) d’où 11 personnes de la même famille en sortiront! Des jeunes, 5 femmes (dont une de 60 ans environ), un jeune de 25 et un monsieur (le bon-vivant).
FAMILLE_RUSSE.JPG
ADO_SIBERIEN.JPG

Les garçons leur feront faire plusieurs tours de quad à chacun (sauf à la dame plus âgée qui a mal aux reins) ils sont supers contents car ils n’avaient jamais vu de quad auparavant (un gamin de 5 ans a été effrayé quand on a mis le moteur en marche puis ensuite il ne quittait plus le quad!) Le patriarche nous dit qu’il a déjà chassé l’ours et qu’il est présent dans les forêts qui nous entourent. Il a aussi des renards, des cerfs mais pas de loups. Ils nous amènent une casserole avec de la viande (c’est du cerf) et nous l’offrent. Elle est excellente, le jus qui l’accompagne a un gout délicieux!

Prochaine étape: Irkutsk.