Nous reprenons la route et nous traversons les Monts Saïan. C’est une route qui ressemble aux routes européennes, plutôt étroite, en lacets, et avec de nombreux cols franchis.
ARSHAN_les_Monts_SAIAN.JPG

Et à la sortie de la montagne, nous avons une vue plongeante sur le Baïkal : magnifique !

Nous partons vers l’ouest en longeant les Monts Saïan par le sud. La chaîne s’étend du lac Baïkal jusqu’à la rive orientale du fleuve Ienisseï (sur plus de 1000 km) le plus haut sommet se situe à 3400 mètres, sur la frontière avec la Mongolie. Nous stopperons à la station thermale d’Arshan qui est énormément touristique et accueillant de nombreux touristes russes car le 12 juin c’est la fête nationale et de nombreuses personnes en ont profité pour prendre quelques jours de repos. Par ailleurs, il y a une source d’eau chaude où beaucoup de gens viennent chercher de l’eau, un sanatorium, et un temple chinois.

Nous rencontrons Olga, son mari et un ami avec leurs enfants et ils nous emmènent dans un autre village où il y a une « piscine » d’eau bouillante (creusée directement dans le sol) : la piscine naturelle était à 36°- 37° et en plus il y avait un jet d’eau de 40° (creusée directement dans le sol) Mais heureusement, car il y avait un vent glacial! Cyrielle est un peu effrayée par tant d’eau (même si la profondeur de l’eau n’excède pas 1mètre)

Nous avons une très importante panne au camion.
ARSHAN___2_Changement_d__une_lame_de_ressort.JPG
Pour la changer, il faut retirer complètement l’essieu avant, le camion est posé sur 2 troncs d’arbres (les enfants sont partis en chercher en forêt). C’est une lame de ressort qui a cassé (le numéro 2, c‘est très grave mais pas catastrophique), mais heureusement Serge en a pris une de rechange ; il aura besoin de toute la journée pour remettre la nouvelle lame en place …

C’est à Arshan que l’on rencontre notre 1er mongol. Il s’appelle Ernet, il est policier et il se rend à Oulan-Oude pour prendre le transsibérien jusqu’à Moscou, de là il ira en Finlande, Pologne et Allemagne pour une rencontre avec d’autres policiers (son voyage durera 2 mois). Il est très surpris de se retrouver dans cette région montagneuse, il trouve cela très magnifique car lui vient du désert du Gobi. Il nous fait comprendre qu’il n’y a pas d’herbe, de forêts. Et nous avons confirmation au sujet d’un film, où un policier russe échange sa montre avec son homologue américain. Erden est très heureux de nous montrer sa montre russe. Il nous dit qu’avec ce « sésame » il peut passer tranquillement les postes de police!

Serge et les 2 garçons partent faire une randonnée dans le massif des monts Saïan.

La végétation ressemble beaucoup aux Pyrénées, la différence se situe dans le tracé des chemins, là ils tracent tout droit (pas d’approche en lacets) alors pour de délicats mollets français la montée s’avère ardue, quelques passages de torrents assez impressionnants à l’aide de vieux troncs d’arbres ( Franck a bien faillit y faire un saut dedans!), les randonneurs croisés étaient en famille (enfants , parents et grands-parents ), tous bien chargés malgré la difficulté de la randonnée...