Nous abordons une région bien moins fréquentée, désertique, rocailleuse, mais parsemée de lacs. Au loin, nous apercevons de très hauts sommets enneigés de 4245m et4116m faisant partie da la haute falaise de Jargalant (parallèle au Khangaï) : c’est splendide!!!
1.DESERT_de_Pierres.JPG

La piste est parfois très difficile pour nous, et il faut toute sa concentration à Serge pour négocier les passages délicats.
2.PAYSAGE_enneige.JPG
3.paysages.JPG

Parfois une montée « impossible », parfois un défilé très étroit, ou un col très abrupte, un passage de guet, une piste en devers… : le choix est vaste et varié , on ne s’ennuie même pas!
4.montee_pas_impossible.JPG

Les yourtes sont de plus en plus parsemées. Chose presque incroyable, on passera une journée entière sans en apercevoir une seule … et un seul véhicule croisé!
5.Defile_pierreux.JPG C’est une sorte de désert pierreux où les yourtes sont absentes du paysage: trop aride pour y faire paître du bétail.

Nous fêterons les 11 ans des garçons au bord du grand lac Khyargas Nuur : canoë et pêche occuperons nos journées.
5A.guet.JPG
Mais, comme la pêche à la ligne est infructueuse les garçons installent le filet et ils seront récompensés par 17 beaux poissons que nous voudrons partager avec les mongols mais ils déclinent l’offre. Malgré tout deux personnes veulent bien le goûter sans le trouver bon: rare sont les mongols amateurs de poissons. Après s’être bien régalés, on congèlera les autres pour nos prochains repas.

10.Peche_aux_Poissons.JPG

Nos journées sont rythmées par les diverses visites des nomades : une femme et sa fille viendront d’une lointaine yourte passer quelques heures en notre compagnie dans notre »Ping-car ». Grâce à notre petit livre de conversation, nous pouvons « dialoguer » et passer ainsi un très agréable moment. Comme tous les mongols, elles « craquent » littéralement devant Cyrielle qui les ravit avec ses nombreux sourires : vraiment elle les fait fondre avec ses cheveux blonds et ses yeux bleus-gris!

Au loin, enfin, un troupeau de chameaux de Bactriane vient s’abreuver dans le lac ! Quelles bêtes majestueuses, dorénavant, elles vont nous « accompagner » pratiquement jusqu’à la fin du périple mongol. Loïc osera même s’approcher d’un chameau jusqu’à pouvoir le caresser.

Descente en canoë

La rivière Xobd a fait son chemin entre les montagnes environnantes en créant ainsi un splendide défilé. Nous ne résistons pas au plaisir de dévaler le cours rapide de la rivière avec nos canoës: génial ; Nina a à peine crié quand elle s’est fait éclabousser par une « vague » et qu’elle s’est retrouvée bien mouillée. Pendant ce temps, le quad et la remorque nous devançait afin de transporter tout le matériel pour camper Nous avons profité du beau temps pour camper sous les tentes où les filles ont dormi aussi bien que dans le camion!
16.rando_canoe___nuit_sous_tente__4_.JPG

Et au retour, Nina pêchera son 1er poisson qu’elle videra et mangera !
17.premier_Poisson_peche_par_Nina.JPG

Les mongols sont encore des nomades.
18.demenagement_des_Nomades_Mongols.JPG18.demenagement_des_Nomades_Mongols__3_.JPG

Quand on est retourné dans une famille pour leur remettre des photographies que nous avions fait développer à la capitale, ils avaient déjà « déménagé » mais nous avons pu les retrouver et puis nous verrons beaucoup de camions qui transportent des yourtes et des personnes … les nomades restent des nomades.

Les Ovoo
19.les_OVOO__2_.JPG

C’est un monticule formé de pierres (ou parfois fait en branchages), surmonté d’un bâton auquel on fixe des petits rubans bleus en soie, généralement situés aux cols ou sommets, ou au croisement de chemins….
19.les_OVOO__3_.JPG

Le rituel veut que l’on fasse 3 fois le tour de l’Ovoo puis il faut faire une offrande : des petits cailloux, des bonbons ou de petits billets. On met ainsi son destin entre les mains de l’esprit qui habite l’Ovoo.