En langue sanskrit, le mot »Boukhara « signifie « monastère«. Boukhara est « une cité-musée » sous un ciel bleu! Ville située dans le sud-est du désert de Kyzyikoum au centre d’une oasis. Vieille cité dont la première mention écrite remonte au 2ème siècle avant J.C ; c’est la cinquième ville sainte de l'Islam malgré qu’elle ne compte plus qu'une partie de ses trois cent soixante mosquées (une par rue !!, mais beaucoup ont été détruites et beaucoup restent à restaurer.)
1.VILLE_ANTIQUE.JPG

Le centre historique de Boukhara fait parti du patrimoine mondial de l’Unesco et 140 de ses monuments sont protégés.
1.VILLE_ANTIQUE_BIS.JPG

Au cours des siècles, cette cité a connu une activité religieuse très importante mais contrairement à sa voisine Samarkand, elle a été moins marquée par la vie scientifique.
2.Quelques_Ruelles1.JPG2.Quelques_Ruelles2.JPG

Le centre antique doit avoir tout au plus 500m de diamètre, et il est très agréable de déambuler dans toutes les ruelles qui dans d’autres pays ressembleraient fort à de véritables coupe-gorges!

Au IX ème siècle, la ville est placée sous la protection des Samanides dont il subsiste un très beau Mausolée et qui est le plus ancien de la cité, c‘est celui de Ismaïl Samani. (875-999).
3.SAMANI.JPG

Le centre religieux de Boukhara se compose de :

1) Le minaret Kalon : le plus haut édifice de la ville -haut de 47 mètres -qui se distingue dans toute la ville.
4.MINARET_KALON1.JPG

En haut brulait une flamme qui permetaient aux caravanes se trouvant sur la Route de la Soie et sortant du désert, de pouvoir se diriger vers la cité sans s’égarer. (Mais elles se perdaient immédiatement dans le dédale des ruelles de la cité!!) Cette tour servait aussi à jeter les condamnés de son sommet!(dernière exécution en 1884)
4.MINARET_KALON2.JPG

Selon la légende, après la destruction de Boukhara, Gengis-khan (le « conquistador » mongol) sortit sur la place Poi Kalan et regarda le minaret si haut que son casque tomba. Il du se baisser pour relever son casque. “Je ne me suis jamais incliné. Mais ce bâtiment est si grandiose qu’il mérite mon salut” – dit-il. Ainsi donc le minaret fut sauvé.

2) la mosquée Kalon qui peut accueillir jusqu’à 10000fidèles une des plus grandioses mosquées d’Asie centrale (dès 1514)
5.Mosquee_KALON2.JPG

Elle rassemble de très nombreux croyants; nous avons même vu un jeune enfant faire une visite guidée à un petit groupe d’hommes; puis des adolescentes qui devaient faire un compte rendu pour leur collège.
5.Mosquee_KALON3.JPG

En fait, elles ont passé un temps fou à prendre Cyrielle dans leurs bras, à se faire photographier avec elles, ravies et émerveillées de voir une « blondinette aux yeux bleus«.

3) la médersa Miri Arab construite au 16ème par le cheik A.Yamani, chef religieux et guide spirituel.
6A.MEDERSA_MIRI_ARAB.JPG

Cette médersa avait pu être construite grâce à la vente de 300 esclaves. Elle a gardé une allure imposante avec ses 2 coupoles bleues.
6C.MEDERSA_MIRI_ARAB.JPG

Elle est actuellement en activité et l’on ne peut donc pas la visiter. On peut juste observer à travers une grille la cour de l’édifice et prendre quelques photographies;
6B.MEDERSA_MIRI_ARAB.JPG le "gardien " nous offre 2 beaux pains comme aux reste des étudiants. Notre visite est un vendredi et c’est le jour où ils sacrifient une brebis.


Au centre de la cité s’érige la Citadelle d’Ark, qui était la résidence du seigneur de la ville (jusqu’en 1920) .Sa 1ère fondation date du 3ème s.avant J.C et avec ses constructions et ses fortifications, elle couvre 35 000 m².
7.Citadelle_de_l__ARK1.JPG

C’était une ville dans une ville habitée par des milliers de personnes qui se composait de palais, des casernes, l'Hôtel des monnaies et la prison.
7.Citadelle_de_l__ARK3.JPG

Plusieurs fois détruites, la configuration actuelle date du 16ème.
7.Citadelle_de_l__ARK4.JPG7.Citadelle_de_l__ARK5.JPG

Avec les billets d’entrée nous avons droit à un guide, cerise sur le gâteau, il parle français ! Une superbe mosquée reconstruite depuis peu toute en bois travaillé et peinte de vives couleurs.


Au centre de la ville se trouve le complexe Labi Haouz. Haouz signifiant " bassin".
8.la_place_LABI-Haus.JPG

C’est autour de ce bassin hospitalier de 46X36 mètres aux divers muriers centenaires où l’on vient se détendre, boire du thé, ou se reposer sur les dromadaires en …pierre!!… Nous arrivons quand ils commencent à vider le bassin avec une grosse machine qui pompe toute l’eau. Même en restant 5 jours à Boukhara, le bassin n’était pas fini de vider, la machine a pourtant été descendu dans le bassin : on ne sait pas comment elle remontera ….notre curiosité n’a pas été assouvie!
9.Medersa_Nodir_Devon.JPG

Bordant le bassin, la médersa Nodir Devon Begi. Il a été bati comme caravanserail mais le khan a voulu en faire un seminaire dès 1630.

À l’intérieur, différents commerçants (même une banque qui fait du change!) se sont installés en occupant chacun une salle. (C’était les salles de classe) Faut toujours penser à bien baisser la tête en entrant.
10.COMMERCES.JPG

Beaucoup de touristes trouve qu’il est déplacé de rencontrer des artisans -commerçants dans ces lieux anciens et à l’origine croyant. Nous pensons que cela donne plus de vie, nous replonge dans une ambiance antique et donne un mini-aperçu de comment les gens évoluaient à l’intérieur de ces écoles coraniques.
11.ARTISAN.JPG

Multitude d’artisans travaillent et vendent ensuite les objets qu’ils viennent de confectionner ; mais nous n’aurons pas besoin d’acheter ,ils nous donnerons divers cadeaux: collier, boucle d’oreilles ,petit canari en terre cuite qui siffle , sticker, bracelet…et nous passons une agréable après-midi à discuter avec tous les vendeurs. La saison touristique est finie (d’avril à juin - puis septembre et octobre. En juillet-août il fait vraiment trop, trop chaud!). L’absence de touristes fait que l’on se fait souvent interpellé par des gardiens, des femmes de ménage qui s’occupent des édifices pour nous proposer de les visiter contre une somme assez modique. Pour information, l’Ouzbékistan propose 2 tarifs: l’un pour ses habitants, l’autre pour les touristes. Le prix le plus cher est la visite du réghistan à Samarkand (mais visite de 3 medersas) pour 5,5€ !sinon, c’est 2,5€.

12.Medersa_KOUKELDACH.JPG
La medersa Koukeldach (où nous sommes garés) qui fut en son époque (17ème) la plus grande école islamique en Asie Centrale puis sous l’ère soviétique fut un cinéma et maintenant divers marchands l’occupent aussi.

13.la_medersa_Tchior_MinoR.JPG
Tchor minor : 4 minarets qui represente les 4 filles de l’homme qui fit construire cette petite école coranique, un des symboles de Boukhara.
14.la__ptt_ecole_coraniq__2_.JPG

La plus petite médersa d’Asie Centrale se trouve aussi à Boukhara et elle « abrite » le centre culturel français où nous irons bavarder avec Dono et Halima qui parlent un excellent français. Les portes sont si étroites qu’il faut passer en biais, tout en baisant la tête pour pénétrer dans les diverses salles. L’étroitesse des portes est due à l’absence de bois et la petitesse des pièces afin de se préserver du torride été. Nous apprendrons que la condition de la femme ouzbèke est plus enviable que celle de la femme iranienne.
19.OUZBEKES5.JPG

Mais qu’à cela ne tienne, les jeunes filles sont très souvent mariées dès 19 ans et partent habiter chez l’époux qui lui même habite avec ses parents, ses autres frères et sœurs…
19.OUZBEKES6.JPG

mais l’obligation n’est pas systématique et la jeune fille peut -parfois - refuser le mariage. Elles nous prêtent des BD françaises que nous dévorons toutes en une soirée!

CONCLUSION 30 jours 1583km
Cargaisons les plus insolites du voyage : c’est en Ouzbékistan que nous les avons vues!
15.Cargaisons__INSOLITES8.JPG15.Cargaisons__INSOLITES2.JPG
15.Cargaisons__INSOLITES3.JPG

Le transport du sable mouillé est érigé en pyramide pour en mettre un maximum et les voitures surchargées pour tous types de transports.
15.Cargaisons__INSOLITES1.JPG

15.Cargaisons__INSOLITES6.JPG15.Cargaisons__INSOLITES7.JPG


C’est le pays où l’on a croisé le plus de charrettes tirées par des ânes (rarement le cheval)
17.TRANSPORT.JPG

Nous avons été très surpris aussi par le nombre et la qualité de fabrication des portes en bois. Par-contre, pour tenir les battants fermés, il faut un gros cadenas…
16.PORTES1.JPG16.PORTES2.JPG
16.PORTES3.JPG16.PORTES4.JPG16.PORTES6.JPG

Nous n’avons pas aimé la « quantité » de policiers: il y en a vraiment partout, le pire étant à la capitale!

Aimé aussi l’acceuil toujours aussi sympathique. Nous avons juste regretté de n’avoir pas eu le temps d’aller plus en campagne. Ce pays mérite que l’on vienne y refaire un tour…..

Et pour finir, des nouvelles de notre remorque! Comme on soude depuis l’Ukraine, l’Ouzbékistan n’a pas fait exception! On arrive déjà péniblement jusqu’à un soudeur-mécanicien!
18.SOUDURES1.JPG
Nous n’avions pas encore vu des mécanos aussi noirs…de vrais ramoneurs mais supers sympathiques, s’excusant du peu de matériel disponible, nous faisant un travail de fortune, mais qui sera suffisant pour quelques centaines de kilomètres.

Serge met une application sérieuse pour le choix d’un autre soudeur qu’il finit par dénicher. Le poste à soudure est parfait, le fer pour réparer la remorque est lui aussi parfait ; mais nous avons omis de regarder le masque, et le soudeur n’en n’a pas!! Incroyable. Il soude à l’aveuglette en faisant de son mieux mais pour nous ,il n’y aura d’autre alternative : il faudra « rereresouder »!!