Encore un bus pour partir de la région montagneuse et centrale de la Malaisie que sont les Cameron Highlands pour rejoindre la côte ouest, la mer, la chaleur écrasante et son île: PENANG au nord du pays.

L'île de 293 km² (le Tarn fait 5 758 km²) a le plus fort taux de densité de tout le pays avec 2559 personnes au km²!! une population de 750 000! "notre" Tarn compte péniblement 400 000 habitants pour 20 fois la surface de Penang!! Alors oui en effet, la tranquillité tarnaise nous manque parfois!!

Penang se trouve dans le détroit de Malacca, et l'on rejoint l'île par 2 ponts (un de 13,5 kilomètres et l'autre de 23,5 km)ou par de réguliers ferries .




Sa ville principale est Georges Town rare ville malaise à utiliser encore les « trishaws » .





Elle est classée au patrimoine mondial de l' Unesco depuis 2008 en raison de sa culture architecturale unique et sans équivalent en Asie orientale et du sud-est.











La ville a aussi approuvé les premiers « street art » qui sont apparus sur les murs du centre historique.




%











Puis suite au succès de ces premiers dessins, la ville a demandé à un jeune artiste lituanien -Ernest Zacharevic- quelques œuvres car celui-ci allie peinture avec objets réels tels que vélos,balançoire...











La bicyclette est devenue e l'espace de 2 ans, la mascotte de toute l'île ! La ville a aussi financé des caricatures en fer forgé évoquant avec humour les us et coutumes de l'île.

Nous sommes dans cette ville fort agréable pour 15 jours pendant que les garçons font des cours d' anglais à l'autre bout de la ville mais contrairement à la majorité des autres villes de Malaisie, toute l'île est desservie par de nombreux et réguliers bus ! Génial !
Nous avons réussi à trouver une chambre à 13€ pour tous: nous partageons les lits,pas de vitres aux fenêtres -c'est assez courant ici, comme il ne fait jamais froid, ce n'est pas trop utile sauf quand il pleut vraiment très fort , l'eau pénètre à l' intérieur mais normalement les malais oublient rarement de fermer les volets avant de sortir de chez eux.





La prof des boys est devenue en l'espace de 2 semaines imbattable sur les subtilités du vélo trial et de la moto enduro !! Pendant qu'ils travaillent (6H/jour), nous sillonnons Penang.. sitôt éloignés des immeubles, la jungle reprend ses droits et la multitude de macaques devient par moment très intimidante tellement ils veulent attraper nos provisions !!ils n'hésitent pas à montrer leurs crocs... Serge nous a même défendu face à un groupe menaçant en ouvrant le parapluie!!efficace !







Nous rencontrons une autre « famille » de singes:les semnopithèques (Presbytis femoralisaux )
Ils ont les contours des yeux blancs et les queues blanches, & comme les nasiques se sont des singes végétariens.









Particularité de ce mot :c'est le seul mot de la langue française qui a une suite consécutive de 4 lettres : MNOP.

Les varans sont aussi présents partout tant et si bien qu'en allant se baigner , nous précédions un varan et Cyrielle nous dit : »il ne va quand même pas venir se baigner avec nous !! »




Le varan est un très bon nageur.






Nous assistons à une compétition internationale de « Dragons »,

chaque bateau navigue avec 20 pagayeurs, plus un qui les encourage avec un énorme tambour, et un autre qui dirige l'embarcation depuis la poupe. C'est une course en ligne comme celles que l'on a coutume de voir en avirons. Les grands vainqueurs seront les brunéiens.




Mais finalement la vitesse nous attire davantage et on va se « tirer la bourre » avec des jet-ski ! Ici pas besoin de permis, ni besoin d'avoir 18 ans, on signe juste une décharge et vogue...




Dès le début du XVIII, les ports de Penang deviennent les plus prospères au monde, et le travail ne manquant pas, une grande vague d'immigrants afflua, notamment une communauté de chinois qui construisit des maisons flottantes et sur pilotis le long des docks branlants.



                               



Aujourd'hui ces maisons continuent d'exister et sont plutôt occupées par des gens à bas revenus . Mais il est remarquable de voir l'état de propreté de toutes ces maisonnées.


                               



                               



                               



                               

Le temple n'est jamais oublié!

                               



                               







Dans l'une d'elles, on nous a invité à écouter le fils aîné de la famille à jouer de l'harpe. Il nous a dit que c'était bien plus simple que la guitare...






                               


il y avait aussi le «g ǔ zhēng» chinois que l'on traduit généralement par Cithare chinoise , mais le sympathique jeune ne sait pas en jouer.

Si toute la Malaisie est un véritable kaléidoscope de diverses cultures, Penang a la particularité d'abriter la plus grande communauté de chinois du pays lesquels pratiquent majoritairement le bouddhisme. Cela se traduit par une diversité architecturale très riche et très dense aussi !

  C'est aussi un mélange de langues qui en plus du mandarin

-le cantonnais reste peu parlé en général- s'ajoutent des dialectes comme le Hokkien ,le hakka....

magasins ou à l intérieur de ceux-ci.

Autre particularité de cette ville : sa gastronomie réputée dans tout le pays. Hormis les restaurants ,la majorité des repas sont préparés par des « hawkers » et des « food courts »:cuisine de rue .

Les échoppes se déploient le soir dans la rue, au milieu des autos, des motos... et malgré la pluie aussi !

Nous avons réellement le choix de notre menu, car chaque marchand présente un plat différent de son voisin. Les prix eux-aussi sont imbattables de moins 1€ (quand vraiment on a pas très faim) à 3€ pour un plat de poisson. Nous mangeons généralement pour 1,5€ par personne par repas.


Les temples bouddhiques sont nombreux , ce qui n'y a rien d'étonnant puisque la population est majoritairement d'origine chinoise.








Du coup l'architecture prend des « teintes » très chinoises.

Kek Lok Si est le plus grand de Malaisie et un des édifices les plus emblématiques du pays .




Construit par un immigrant chinois en 1890,une pagode de 30 m de haut se dresse dans l'enceinte mais aussi un téléphérique conduit au niveau le plus élevé dominé par une imposante statue en bronze de Kuan Yin , la déesse de la Miséricorde , de 36,50m.





Vue sur la ville de Georges Town.


Wat Chayamangkalaram :
Ce temple thaï »typique aux avants-toits en accent circonflexe" , abrite un bouddha couché de 33m de long , drapé dans une robe de safran dorée à la feuille d'or !







Des dragons a l'air féroce nous accueillent..



La déesse se repose.



Un tatouage très "stylé"




Temple bouddhique birman Dhammikarama
Rare exemple de temple birman hors du Myanmar( ex-Birmanie).





Des panneaux peints représentent des scènes de la vie de Bouddha dont les personnages sont vêtus de costumes birmans traditionnels.

Dedans les statues ont de grands yeux ronds et le visage serein, typique de l'art bouddhique birman. Temple a été édifié en 1805.

Le "jeu" des pièces: les soucoupes tournent & il faut tenter de mettre sa pièce dedans. Chaque réceptacle porte un "bonheur": enrichissement, mariage, amour, bon voyage.... Mais comme à la foire, le "badaud" ne gagne pas souvent!!



On reçoit la bénédiction contre rémunération.
"Bouddha" ou pas , tout travail mérite salaire...


Allez, fini de vous "barber" avec la religion... On file vers les plages de Langkawi, une île encore plus au nord de la Malaisie, ensuite c'est déjà la Thaïlande.
Suite dans le prochain article...