Nous nous dépêchons de traverser toute la Thaïlande
pour rejoindre au plus vite nos amis Lysiane et Christian-rencontrés il y a 2 ans au Chili- qui sont déjà sur place.


light-Mac_phi.jpg


Depuis la Malaisie, nous avons pris un train direct jusqu'à Bangkok d'une durée de 23h !
Mais entre le long arrêt pour passer la frontière
plus l’arrêt pour le repas(et oui!!),

l'après-midi est passé assez vite puis nous enchaînons avec la nuit et comme les couchettes sont dans le sens de la marche nous ne sentons pas trop le « cloc cloc » des rails et ce fut une de nos meilleurs nuits depuis 3 mois!





un lit en haut , un autre en bas:peu de places disponibles avec ce système!

Nous avons acheté les billets 3 semaines à l'avance car les trains sont souvent pleins dû à cette disposition des couchettes qui fait perdre de la place.

506 ringgit soit 153€ pour 4 adultes inclus un demi-tarif pour Nina , Cyrielle gratuit car elle partagera notre couchette.





Après un arrêt de 2 jours dans la capitale Thaïlandaise, nous reprenons un autre train de nuit vers le Laos.


arrivee_Banglkok.JPG


Nous avons acheté le billet à notre arrivée à Bangkok , directement au guichet de la gare ,paiement en carte bancaire possible -pas en Malaisie par-contre-(83€ pour les 5 Cyrielle toujours gratuit)
la ligne de chemin de fer stoppe à Ubon Ratchathani en Thaïlande ,au milieu de la « pampa » !

Après un rapide calcul avec la ' »taxi-woman « la difference de prix entre nous amener en ville (½ h ) puis prendre un bus nous revient presque aussi cher que l'heure de taxi ! (900 baths soit 25€ pour nous 6). donc nous partons avec elle et son taxi tout neuf. Elle parle quelques mots d'anglais alors on en profite pour nous aussi apprendre quelques mots thaï.


laos__autre_copie_.gif

Notre trajet au Laos, du sud jusqu'au nord-ouest.
Pour l'entrée au Laos , il faut un visa que l'on peut faire directement à la frontière (contrairement à beaucoup d'autres comme le Vietnam où il est besoin d'avoir déjà le visa en poche pour prétendre entrer dans le pays).
Cela prend un peu de temps (presque 2H!)
et la durée n'est que d' un mois pour 30$ pour chacun de nous 6. Pas possible de payer en € .


Voilà avec notre tampon tout neuf, tout frais, nous sommes au Laos!!
ou pour être plus précis en République démocratique populaire. ( Laos PDR),
pays qui fait partie des 5 pays mondiaux ayant un régime politique communiste avec la Chine, le Vietnam, la Corée du Nord et Cuba.





Après avoir connu la Russie et ses policiers,
nous appréhendions les hommes en uniforme et bien nous n'y avons pas été confronté !

Sur les routes nous les avons peu vu, pas de barrages routiers, peu de contrôles -un peu tout de même en zone frontalière- mais en tant qu'étrangers , ils ne nous ont jamais arrêtés: reposant.






Le pays compte un peu plus de 6 million d'habitants -soit 27 habitants/km²-, le territoire est occupé par les montagnes ,les forêts, et les plateaux pour plus de 70 % .






Le Laos est tout en longueur -1000km- et parfois très étroit -moins de 100 km- mais contrairement à tous les autres pays d'Asie du sud-est, il est le seul à ne pas avoir accès à la mer.

Pour « compenser » il a le Mékong sur 1898 kilomètres -lequel en compte 4200km- mais ce fleuve est peu navigable à cause de son débit irrégulier et de son faible niveau d'eau en saison sèche.






Le climat est tropical mais la mousson est plus tardive (mai à septembre) pour nous ce sera un mois sans pluie, chaleur en plaine , fraîcheur environ 10° (le matin) vers les hauteurs.
et nous échappons ainsi à cette chaleur écrasante que nous avons connue en Malaisie.
Son point culminant est le Phou Bia (2 820 m) au nord-est du pays.

1 ère surprise: on roule à DROITE! à y réfléchir pas étonnant puisque les français ont été présents dans ce pays depuis 1866, ils ont imposé certains codes français dont la conduite à droite.
Le Laos obtient son indépendance en 1953 et nos rencontrerons quelques anciens qui parlent encore français. Actuellement le français n'est guère appris dans les écoles, il semblerait qu'il soit remplacé par le chinois car beaucoup de transactions commerciales se font avec ce « voisin ».






En demi-heure, nous rejoignons nos amis français encore très éprouvés par un accident de bus survenu 10 jours auparavant au Cambodge.
Le chauffeur doubla dans un virage sans aucune visibilité, et un camion est arrivé juste en face tuant le routier et le chauffeur de bus sera lui amputé. Les passagers de devant auront le visage bien entaillé.
Christian a un bel et gros hématome au nez, Lysiane a le genou et le thorax très douloureux ,douleurs qui au fil des jours s'amplifieront et qui les incitera à quitter le Laos pour rejoindre la Thaïlande et sa capitale afin de consulter un ostéopathe compétent.


Nous nous rejoignons à Pakse , la ville la plus importante du sud tant par ses 77000 habitants que par son activité économique.





Malgré quelques belles avenues, l'on remarque de suite que le niveau de vie est bien inférieur à celui de la Malaisie.





un bébé dort dans la remorque, pendant que sa maman s'active au travail

Le pays est en pleine croissance;l'on a vu de très nombreuses construction, même dans les lieux les plus reculés (ce qui n'est pas le cas du Cambodge).


Nous serons tout le long de ce mois agréablement surpris par la propreté du pays.

Christian nous a "dégoté" un superbe hôtel, négocié âprement pour entrer dans notre budget pour 11€la nuit!







Nous louons 4 scoot pour une rando de 4 jours.





Nous laissons l'essentiel de nos bagages à l'hôtel pour partir juste avec 2 petits sacs à dos. Direction le plateau des Boloven, qui est un plateau situé en altitude ., environ 1200m

Son nom vient de l’ethnie majoritaire y habitant : les Laven. 

Nous nous « enfonçons dans la campagne laotienne où une vie rude semble de mise un peu partout. Les habitations sont modestes mais les gens nous saluent et nous lancent de joyeux 'sabaïdi » : bonjour !
À 1 200 m d’altitude, le plateau des Bolovens au climat modéré, est célèbre pour ses plantations de thé, de café, d’hévéas et de bananiers ainsi que ses pittoresques villages katu et alak. Les Bolovens sont parcourus de rivières qui donnent naissance à de magniques chutes d'eau.



En prenant le temps de nous arrêter, nous pouvons apprécier la vie lao; les forgerons préparent leurs outils au bord de la route.







chaque outil est vendu 4€


Les jeunes enfants participent à la subsistance de la famille en coupant du manioc avec une hachette



quelle dextérité! quand on voit que chez nous l'accès au couteau est souvent interdit aux enfants !


Par-contre , souvent cela se fait au détriment de leur instruction scolaire : nombreux sont ceux qui ne semblent pas aller à l'école !
D'ailleurs le Laos a un taux élevé d'analphabétisme «(27%) auquel nous serons confronté tout au long du séjour.

Il est souvent difficile pour certains de prendre une commande écrite lors de nos repas ,

puis encore plus dur de calculer la note finale sans faire d'oubli ou de faute de calcul ! et ce malgré l'utilisation de la calculette.
Il faut dire qu'ils ont une écriture complexe avec 38 consonnes et 27 voyelles et certaines de ces voyelles peuvent avoir 2 ou 3 représentations possibles !! pas de majuscules, ni de ponctuation, alors les mots sont souvent très longs …




pas réussi à déchiffrer un seul mot en 1 mois!


light-coca.JPG

et non , un seul mot identifiable celui de "coca"!


Autre particularité de la langue lao , qui est une langue du groupe thaï , elle a 6 tons ! C'est à dire que pour dire un mot ; il peut y avoir 6 façons de le dire:soit un son bas ou médian ou ascendant... pour nous un véritable problème car notre oreille n'étant pas du tout entraînée, nous ne saisissons pas ces différences... alors tenter de répéter ses sons relève de l'exploit !




une jeune fille nous apprend quelques mots

Mais quel joie quand ils arrivent à comprendre !!
car nous avons trouvé peu de gens parlant l'anglais.

Nous arrivons juste à temps pour assister à la baignade des éléphants.




Cette femme a mal choisi son moment pour prendre son bain!

Les 2 pachydermes de leur lenteur se mettent dans l'eau et à notre étonnement, ils plongent même la tête sous l' eau en y prenant bien du plaisir.





Les cornacs prennent leurs claquettes en guise de brosse.





Même si la peau de l'animal est très rugueuse, elle est très sensible et le moindre coup donné à l'animal peut lui faire terriblement mal.






Les cornacs dirigent les 2 mammifères en appuyant leurs pieds derrière les oreilles.










C'est dans ce village que nous trouverons notre logement le moins onéreux 1€ par personne !
Lits en dortoir posés à même le sol , draps pour séparer les « chambres », couettes pour se protéger du froid car l'habitation est comme les maisons d'ici :quelques planches en bois non jointent qui laisse passer un courant d'air froid qui nous fera rabattre nos têtes sous les couvertures.






La salle de bain avec eau glaciale est ouverte sur la soue des cochons : en plus de l'odeur, le froid ! Pas habitués, nous qui venons de passer 3 mois torrides ! Mais à notre surprise, les matelas sont d'assez bonne qualité et pour la première fois depuis des mois nous dormons chacun dans un lit !!




vue depuis la salle de bain


Grâce à Lysiane,qui a le coup d’œil, nous voyons nos premiers ananas.



C'est une plante qui pousse au sol, les feuilles rugueuses ressemblent un peu à celles du cactus, la plante ne produit qu'un seul fruit, et nous sommes surpris de trouver les ananas ici car ils ont besoin de chaleur et pour survivre il ne leur faut pas une température inférieure à 10°.



Cette région est caractérisée aussi par des cascades. Il y en vraiment partout !!










d'étonnantes cavités creusées par l'eau


une des plus grandes est celle de Katamok où le chemin d'accès relève d'une manche du « Camel Trophee » ! plus dure est la montée !!









encore une cascade!!


Le plateau des Boloven c'est aussi les plantations de café.
C'est aussi ce qui fait travailler la population locale. Chacun fait sécher devant chez lui les grains de café avant de les vendre.



Nous avons vu de récentes mais grandes plantations gouvernementales sur quelques hectares.

Les arbres sont en fleurs et dégagent une senteur enivrante.



Dans la plantation où nous nous rendons, une rangée de caféiers sont des « robusta », l'autre des arabicas.



du robusta



de l'arabica

Les 2 ne produisent pas les mêmes feuilles, ni même fleurs, du coup les grains sont eux aussi différents et n'ont pas du tout le même goût car nous les avons croqués  et de l'avis général, le robusta est doux sous la langue ! Mais pas d'odeur de café .


De nombreuses guest-house jalonnent le circuit mais à l'approche de la nuit, pas d'hôtel dans le petit bourg où nous arrivons à la tombée de la nuit.
Il nous faut rebrousser chemin.

On met les « gaz » pour ne pas avoir à rouler en pleine nuit car les dangers sont multiples : peu de motocyclistes mettent les codes, des carrioles roulent aussi, et bien sûr les animaux : ici nous avons vu un nombre incroyable de cochons, en liberté , le groin au sol pour détecter le moindre aliment. !! 




C'est aussi le pays des buffles:il y en a partout!

Nous avons la chance de trouver un beau complexe de bungalows au bout d'une piste , au bord de la rivière, et avec la douche chaude !!
et heureusement les hôteliers proposent le repas. Nous serons les seuls à souper d 'excellentes frites , du « fried rice vegetable » et des pai-thaï : un des plats typique:des pâtes de riz ,avec légumes et un peu de viande...




Le 3 ème jour, piste rouge !!







Heureusement qu'il y a peu de circulation car nous finissons rouges de la tête aux pieds !







(/dotclear/public/LAOS/DSC08194.JPG


Il y a 5 ans de cela,lors de leur voyage par ici, Lysiane & Christian n' a vaient pas vu de magasins, peu de véhicules...actuellement, même si la route n'est pas encore goudronnée, il existe ,même s'ils sont modestes ,quelques commerces et échoppes au bord de la piste , des motos , autos -dont des 4X4, et des camions.

Alors de retour à Pakse, grande lessive où tout le monde participe sans distinction d'âge!


avant de reprendre la route...


le 'tuk-tuk" est bien chargé: 8 + tous les bagages!!

Là aussi, nous avons apprécié la parole donnée par les conducteurs des "tuk tuk" et le respect de l'heure: aucun d'eux ne nous a jamais fait faux bond quand nous avions réservé leurs services par avance.

En guise de Conclusion...

3 jours de moto, presque 500 kilomètres parcourus, un paysage montagneux,rural et par moment assez sauvage.




maison construite pour la vente de produits locaux, destinée à une clientèle étrangère

Nous avons opté pour la grande boucle , le tour reste très touristique , beaucoup d'européens l’empruntent même s'ils n'ont jamais fait de scoot avant , mais nous ne regrettons pas cette plongée dans ce nouveau pays.




Beaucoup de rencontres avec les Laos, toujours le sourire, toujours des petits mots que l'on suppose gentils,toujours à faire des coucous sur notre passage.
Le plus incroyable est quand Loïc et Franck saluent et disent "sabaïdi" à un groupe de filles, elles se mettent à pousser des cris stridents,à se pousser entre elles du coude et à rougir!! Surprenant!




Les habitations sont modestes et l'on en prend toute la mesure en cette période hivernale où le froid même s'il n'est pas excessif et quand même frais le matin et le soir.



Ils n'ont pas toujours l'eau courante , l'électricité en grande partie oui : mais malgré toute cette dureté, ils gardent le sourire.





Pas de doutes, nous commençons à vraiment bien apprécier le LAOS.